Le Bouquet Provincial

Au Moyen Âge, en dehors des périodes de guerre, les seigneurs se défiaient dans de virils tournois. Pour les archers, il en était de même. Ainsi des concours dans les compagnies ou entre compagnies voisines virent le jour.

Puis certaines villes voulant se mettre en valeur, mettaient en jeu des prix importants, ce qui attirait de plus en plus de compagnies même éloignées.


Tout commençait par l'arrivée des compagnies, en musique, accueillie avec un cérémonial ancestral. Puis toutes ces compagnies se rendaient à la cérémonie religieuse pour assister à une messe solennelle, avant une parade dans les rues de la ville, honorant Saint Sébastien, Saint patron des Archers. Enfin, le concours pouvait débuter et le vainqueur recevait un bouquet, qui l'obligeait à organiser le concours l'année suivante dans sa compagnie.

Aujourd'hui, le bouquet provincial, s'organise sur une journée. Cela commence par le salut aux drapeaux : Les archers des compagnies (en grand uniforme) sont accueillis et présentent leur drapeaux ou bannière. Avant le départ de la parade, les jeunes filles de la dernière ville organisatrice, remettent le bouquet aux jeunes filles de la ville hôte.

En tête du cortège se placent les personnalités de la région, puis celles de la fédération, suivies de touts jeunes filles et enfin des drapeaux des compagnies accompagnée de leur archers.

Le cortège traverse la ville pour se rendre à la grande messe du bouquet célébrée par l'Évêque.

C'est la fin de la cérémonie officielle, ouverture des concours Beursault, tirs historiques du tirs à l'arc.

La fédération de tir à l'arc a fait une demande d'inscription de la tradition séculaire des Bouquets Provinciaux au Patrimoine Mondial Culturel Immatériel de l'humanité sous l'égide de l'UNESCO...

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×